L’injustice des options pour les « papas »

Qu’en est il du disparu ?

Mais oui, celui qui a vu de loin venir les responsabilités, les charges et les inquiétudes ?

Celui qui, avec toute l’énergie qui l’aidera à se volatiliser des écrans radars, se précipitera dans les traîtres bras de la lâcheté ?

Ses études? sa jeunesse ? Tout comme son insouciance et sa famille, elles ne seront jamais remises en question pour la simple et bonne raison qu’il est physiquement disposé à choisir de prendre la fuite dans les cas où il devrait,  bien entendu, assumer ses (erreurs) responsabilités…

Précieux cadeau que d’être un homme aujourd’hui encore…

Qu’en est-il de l’égalité des chances ? Cette égalité qui a été portée et défendue par tant de femmes, mais qui pourtant, ne sera jamais définitivement appliquée à juste titre …

Le pouvoir des femmes est celui que certains hommes veulent volontiers leur laisser … Lorsque ceux-ci décide qu’une erreur mérite d’être rayée et niée, ils n’hésiteront pas et compteront sur le temps pour enfouir leurs conneries passés dans les oubliettes de leur mémoire sélective…

Si l’on peut affirmer au moins une chose, c’est bien celle de devoir être deux pour faire un enfant …

Mais pourquoi , dans les cas où, celles qui subissent des agressions sexuelles de la part de celui, parfois, en qui elles avaient le plus confiance , devraient vivre et défendre seule le fruit de l’acte infâme et cruelle qu’il lui impose ?

Dans d’autres circonstances, lorsqu’un enfant est conçu par le rêve fou de deux ados en quête d’une stabilité de vie refusée par leur statut de gamins irresponsables et que le jeune homme fou d’amour devient,d’un coup, encore plus fou et décide de briser ce rêve construit à deux, par un abandon total et sans répercussion pour lui, d’une jeune fille trahie et cassée par ce rêve qui explose; Pourquoi celle ci devrait, à travers les yeux de tous, assumer son statut et le choix qui a été fait à deux, seule avec les dernières forces qu’il lui restera pour permettre à son image de n’être plus salie que ce qu’elle n’est déjà par l’acte lâche et injuste de celui qui l’a déjà abîmé auparavant ? Pour la simple raison qu’elle a, un jour,  cru en le courage d’un homme qui lui a promis d’être toujours près d’elle?

Cet homme, ce lâche qui, finalement ne sera jamais forcé ni reconnu coupable d’avoir mis en danger moral et psychique la vie d’une femme et d’un enfant qui devront chacun leur tour se battre pour leur survie sociale et physique … Sacrifier un avenir, des études, une famille et un honneur parfois … Par la faute d’un homme qui ne sera jamais jugé pour sa fuite, les épreuves qu’ils imposera à une maman seule et l’abandon d’un enfant sans père …

Les femmes sont fortes, les femmes sont solides , les femmes essuient sans cesse les actes manqués de ceux qui les ont fait pleurer un jour…

Au rythme des battements du coeur de son enfant , une femme, aussi jeune soit elle , deviendra le seul et unique héros d’une famille improvisée sur le tas , mais cette reconnaissance, faites parfois par d’autres, court toujours le risque de ne pas se refléter dans les yeux de son fils …

Les questions, la colère, l’injustice et ce vide éternel seront les bases solides de sa petite vie …  Peu fiable n’est-ce pas ? Peut-on ressentir une fois, rien qu’une fois la douleur d’une mère élevant son enfant seul depuis toujours, essuyant les larmes, les cris et les reproches d’un enfant qu’elle aura nourri, consolé, câliné, soigné et aimé seule toute sa vie à travers les éléments les plus offensants d’une vie de solitude ?

Alors, pourquoi la chance et le privilège de porter son enfant en soi, pendant 9 mois, devrait devenir le sentiment d’une prise d’otage lorsque sur le coup de  folie ou l’avis d’une seule personne sur les 3 qu’ils devraient être,  tout bascule ?

Je suis intimement persuadé que les choses devraient changer , qu’une grossesse ne peut être rejetée ou reniée par celui qui en est le second acteur .

Nous ne devrions plus croire en la fatalité d’une situation dans laquelle le géniteur puisse se reposer sur une issue de secours qui lui est réservée … Peut-on dire dans ce cas, que l’on se fait poignarder à vie quand celui-ci décide seul, suite a un acte avec conséquences, de rayer tous les espoirs et les rêves d’avenir d’une jeune fille ?

Très vite , la nouvelle maman, tout juste le temps d’accepter ce à quoi elle devra se résigner , devra se comporter et donner la preuve qu’elle est une mère exemplaire et assumer son nouveau statut … Ses gestes, ses paroles et son amour seront jugés , pointés du doigt et approuvés ou non par ceux qui ne voient plus en elle une femme blessée et abandonnée de rêves , d’espoirs, d’avenir et de père mais une maman solide qu’elle doit être …

Et pendant ce temps, la seconde moitié de cet enfant se donnera une seconde chance, avec une femme, un avenir et un travail pour lequel il aura continué d’étudier et choisira d’assumer les enfants qu’il voudra bien reconnaître … Finalement il aura des chances infinis d’effacer et de recommencer à sa convenance ses « brouillons inassumés », laissant derrière lui des jeunes femmes à qui il aura, sans regrets, coupés les ailes …

Finalement, la plus grande force d’une mère célibataire sera, peut-être, de ne pas voir en leur nouveau né, la traîtrise d’un homme sur lequel leurs espoirs étaient bâtis … Leur force d’amour est insubmersible.

Il n’y aura jamais de quête plus précieuse que d’aimer seul son enfant comme il aurait dû être aimé à deux.

Il n’y aura jamais de combat plus juste que celui d’être l’égale de ceux qui ont droit à une seconde chance.

Alizée T.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s