RÉCIT N°7

Je ne saurais définir le lien qui nous unit elle et moi .

Tout cela n’est parti de rien, je n’ai pas eu la chance de connaitre, l’attente, la hâte et l’amour instantanée que d’autres mamans ont vécu . Elle est arrivée lorsque j’avais tout perdu, lorsque la solitude m’avait submergé toute entière … Elle n’était attendue de personne et portait les accusations d’une vie antérieure qu’elle n’avait jamais connu mais qui m’avait valut le soulèvement d’une famille entière …

Elle avait tout à prouver , à commencer par son adaptation à ma vie pas très claire , il faudra qu’elle sache, avant même que l’on apprenne a communiquer elle et moi, à me suivre dans toutes mes erreurs, sans jugements, sans bruits et pire… avec amour… Je n’accepterai de toute façon plus un quelconque manque de sentiments à mon égard de la part de qui que ce soit … Si je devais partager ma peine et ma souffrance , j’espérais au moins que cette moitié puisse me la pardonner sans aucunes hésitation…

Elle apprendra parfaitement à devenir cette acolyte de galère idéale… Elle me regarda chaque fois, avec espoir de changer nos jours en autre chose de meilleur, elle ne pleurera que très peu, juste les fois où il fallait me rappeler qu’être mal au fond de moi lui faisait du mal à elle aussi , je comprendrai très vite que la serrer contre moi et lui chuchoter quelques mots la délestera de ses peurs… Elle sourira, assez souvent pour que ce trait de caractère la définisse encore aujourd’hui … Elle ne se plaindra pas, jamais en fait, elle est habitée d’une force intérieur que je ne connaissais en personne, je la confronterai à des épreuves de vie chaque fois plus dures et insupportable les unes que les autres, et toujours, elle se révélera bien plus forte que moi. Spirituellement, elle me prendrait par la main et me trainerait jusque la ligne d’arrivée d’une étape franchie …

Je ne sais pas si j’ai aimé ma fille de tout mon coeur à la seconde où mes yeux se sont posés sur elle, certainement parce que mes yeux étaient déjà embués par les larmes d’un avenir qui m’effrayait , mais aujourd’hui, je peux dire que j’aime ma fille à en crever … J’ose avouer même que je lui voue un respect éternel et je garderai en moi l’impression folle qu’elle me surpasse sur tous les points . Je sens en elle l’âme d’une protectrice d’une vie . Elle m’a sauvée moi, en voulant se sauver elle . Elle est ce que je n’ai jamais su être… Je ne connaitrais rien d’équivalent à la reconnaissance que je lui doit. C’est bien plus que de l’amour elle est la force , le combat et la réussite d’un parcours de vie.

J’ai appris à aimer ma fille lorsque j’ai compris qu’il fallait que je sois à la hauteur de son amour pour moi… Nous ne pouvions nous aimer « normalement » , il fallait que tous ces sentiments soient au moins comparables et aux niveaux des épreuves qui ont bien souvent tentées de l’égratigner …

Je ne sais pas si cette course folle, à essayer de ne jamais perdre ce qui nous a unit ne l’a jamais fait souffrir , si tout cela n’aura jamais d’impact sur sa vie future … Mais dans tous les cas, je serais là, toujours, car elle m’a tout appris. Appris a traversé tous les orages du monde pour le bonheur d’une personne ayant la faiblesse de croire que tout est perdu… Je serai là, chaque fois qu’elle ne sera peut être plus sur de m’aimer, parce que grâce à elle, je sais maintenant que l’on contient assez de force pour aimer pour deux dans les causes les plus perdues …

Alizée T.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s