RECIT N°6

Il y a une ligne que j’aurais aimé ne pas franchir, celle ci est tellement proche qu’il m’est déjà possible d’en distinguer son côté sombre. J’ai conscience que de mettre un pied de l’autre côté nous perdrait ma fille et moi, pourtant ce qu’il s’y trouve pourrait donner raison à mes décisions un peu folles.

Je sens bien que pour le reste du monde, ma place est de l’autre côté car il n’y a que là-bas que ce que je vis à l’avantage de passer communément et être accepté de tous.

Pour les personnes que je rencontre je n’ai ni passé, ni vraiment d’avenir, je suis ce que je représente sur l’instant, on ne m’excusera jamais ma première impression, qui sera légèrement faussé, je suis représenté par des vêtements que je n’aurais jamais trop la force et le temps de repasser et une énorme poussette qui précédera chacun de mes pas. Je perd, au fil du temps, un vocabulaire que ma mère aura pris le grand soin de m’apprendre ainsi que des manières que j’adorais autrefois exhiber tant l’on me complimentait à une époque, qui aujourd’hui, me parait très loin. Rien ne me distingue des jeunes filles dans mon cas, nous sommes ce que nos parcours de vie ont fait de nous et j’ai la sensation désagréable de ne plus pouvoir essayer d’être celle que j’ai pourtant toujours été.

Ne plus avoir mes parents, ma famille à mes côtés, semble dans ce nouveau monde ne pas surprendre, ni attrister. je rentre apparement dans les critères de cette nouvelle vie. Je suis seule, perdue et responsable d’une autre vie que la mienne, je comprends être le profil type qu’il faut absolument englué dans le système de la misère sociale que vais très vite confronter.

Lorsque mes parents ont appris ma grossesse, ils ont exactement eu les réactions que j’appréhendais . Les réactions pour lesquelles j’avais fait de ma grossesse un si grand secret. On ne peut, malheureusement, pas anticiper les pensées ni les sentiments de quelqu’un face à une situation qu’il n’aurait jamais penser vivre. Certains se révéleront courageusement réactifs, d’autres décevront par leur manque terrible de témérité.

C’est dans une atmosphère aussi pesante que bouleversante que je m’apprêtais, une fois de plus, pour ne pas dire une fois de trop, à décevoir mes parents. Leurs espoirs et les miettes de confiance que j’étais encore la dernière à espérer de leur part, voleront en éclats.

Aucun d’eux n’aura vraiment fait preuve de compassion. Pas un regard, les murs de la petite pièce dans laquelle nous étions confinés mon père et moi se tenait en témoin d’un déchirant et douloureux abandon de sa part… mon père est un homme pudique très pudique, trop sûrement. je n’ai jamais su, si dans se yeux demeurait la déception ou la tristesse, cependant peu importe ce que son regard contenait , son coeur lui avait décidé de couper froidement ce qu’il restait entre nous.

Ma mère, préférera s’en aller, sans un regard, sans un mot, elle emporta avec elle sa déception, ma culpabilité et je gardais pour moi, mes cris de désespoirs face à ma compréhension de la voir abandonner l’amour qui aurait dû la maintenir près de moi. Je la revois, sur le parking, monter dans sa voiture, en imaginant qu’elle puisse pleurer pour moi, regretter peut être … A ce moment là, je ne savais pas encore que je ne reverrais ma mère que 2 ans plus tard … Ce fut apparemment le temps, pour nous, qu’il aura fallut pour nous pardonner nos erreurs…

J’ai su, au moment de l’annonce que je n’étais plus leur enfant, car pour la première fois de ma vie leur regard et leur colère ne m’épargnais plus .

La fille que j’étais devenu depuis quelques années était apparement déjà loin sur son chemin d’errance émotive et de révolte pour que cette grossesse puisse surprendre qui que ce soit.

J’avais confirmé, par cette situation, que le bordel spirituel qui me rongeait était arrivé au bout de son travail de destruction.

Alizée T.

 

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s